Séjour du Président Félix Tshisekedi aux Etats-Unis. Pour un «partenariat privilégié pour la paix et la prospérité»

  • «J’ai voulu marquer ce déplacement par le symbole de l’unité, que je souhaiterais voir se créer, car l’Amérique est un pays traditionnellement ami au Congo, nous aimerions consolider cette amitié et en faire un partenariat gagnant-gagnant», a déclaré-t-il aux Etats-Unis …

Le 12 avril 2019, la Présidence de la République Démocratique du Congo et l’Ambassade des Etats-Unis à Kinshasa ont publié une déclaration conjointe intitulée «Les Etats-Unis et la RDC : un partenariat privilégié pour la paix et la prospérité». Il en ressort qu’«Au cours de sa visite à Washington du 3 au 6 Avril 2019», le Chef de l’Etat congolais a échangé avec plusieurs hautes personnalités de l’Administration Trump. Il s’agit, précisément, du secrétaire d’État Michael Pompeo, du secrétaire à l’Énergie Rick Perry, du secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Alex Azar et du conseiller à la Sécurité nationale John Bolton à la Maison Blanche. La déclaration fait aussi état «des réunions de haut niveau au Pentagone, au département du Trésor et avec le représentant américain au commerce»…

La précision donnée est que le secrétaire adjoint aux Affaires africaines, Tibor Nagy, a invité le Président Félix Tshisekedi «à discuter avec de hauts responsables du département d’État autour de divers sujets, notamment la lutte contre le terrorisme, les droits de l’homme, les réfugiés, la traite de personnes, les organisations internationales, la lutte contre la corruption, le développement et la croissance économique». 

En réponse, relève la déclaration, «La RDC a annoncé qu’elle se joindrait à la coalition internationale contre l’État islamique, engagée dans la lutte contre la traite de personnes, et a convenu d’un dialogue sur les droits de l’homme qui se tiendra à Kinshasa».

Les deux parties notent que «Lors de la réunion avec le secrétaire Azar, le directeur des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) Robert Redfield, et des experts sanitaires de l’USAID et de l’Institut national de la santé (NIH), les États-Unis se sont engagés à continuer de soutenir la RDC et les efforts internationaux visant à contenir et à éradiquer l’épidémie d’Ebola actuelle».

Elles conviennent de continuer «également de travailler avec les autorités sanitaires de la RDC pour lutter contre d’autres maladies infectieuses et améliorer les services de santé», ce qui implique, relèvent-elles, de «travailler avec le gouvernement de la RDC et le ministère de la Santé pour mettre sur pied un centre congolais pour le contrôle et la prévention des maladies, qui servirait de centre d’excellence et de formation pour la région».

Dans la même déclaration, Kinshasa et Washington notent que «Pour soutenir les efforts du président Tshisekedi dans la lutte contre la corruption, le renforcement de l’état de droit, le respect des droits de l’homme, la lutte contre l’impunité, le renforcement de la sécurité et de la stabilité et pour attirer davantage d’investissements américains et étrangers», est envisagée la mise sur pied d’un «partenariat privilégié pour la paix et la prospérité».

Aussi, conviennent-elles, dans dudit partenariat, que «les États-Unis collaboreront avec la RDC pour faire avancer un programme commun fondé sur des valeurs et des intérêts communs».

Dans cet ordre d’idées, Washington entend :  

• primo, «sponsoriser», par le biais de son programme d’échange IVLP (International Visitors Leadership Program), «le voyage de 10 fonctionnaires du gouvernement congolais aux Etats-Unis».

• secundo, «renforcer les relations avec la RDC en matière de défense à travers la visite d’un officier supérieur du commandement militaire des États-Unis en Afrique».

• tertio, «financer la revitalisation de l’INACO (Institut national des archives du Congo) à l’aide du Fonds de l’ambassadeur pour la préservation de la culture».

• quarto, «se concentrer sur le rétablissement de l’éligibilité de la RDC conformément à la African Growth and Opportunity Act (AGOA)».

• quinto, «encourager les investissements américains en RDC, notamment dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, des minerais et des télécommunications, y compris les grands projets d’infrastructures identifiés par le gouvernement de la RDC».

• sexto, «ouvrir un ‘Coin américain’ (American Shelf) à Lubumbashi à la mi-avril lors de la visite de l’Ambassadeur. Comme pour le Coin américain récemment inauguré à Goma, nous rechercherons d’autres possibilités d’approfondir les liens culturels et commerciaux des États-Unis dans toute la RDC».

Ce n’est pas tout. La déclaration souligne en plus la détermination des Etats-Unis «à appuyer le programme de changement du président Tshisekedi visant à réaliser le potentiel considérable de la RDC».

Pour ce faire, les Américains se disent «encouragés par les actions entreprises par le président Tshisekedi au cours de ses premiers mois au pouvoir, notamment en acceptant tout récemment d’engager des consultations au titre de l’article IV avec le Fonds monétaire international à Washington». Ils mettent en exergue le fait que cet « engagement en faveur de la transparence améliorera le climat des affaires en RDC et encouragera un accroissement des investissements américains et étrangers».

A ce sujet précisément, ils sont d’avis que «La rencontre du président Tshisekedi avec la communauté des affaires des États-Unis à Washington, par l’intermédiaire de la Chambre de commerce américaine, a également marqué une étape importante dans la revitalisation des investissements américains en RDC». 

Moment important pour la République Démocratique du Congo et pour l’Afrique centrale, la visite du Chef de l’Etat congolais est de bon augure, vont-ils valoir, par rapport aux «efforts renouvelés pour lutter contre la corruption» et la volonté affichée de «tenir pour responsables les auteurs des violations des droits de l’homme sont de bon augure pour l’avenir du Congo». 

La déclaration se termine en ces termes : «Les États-Unis ont hâte d’entamer ce partenariat avec le président Tshisekedi et la RDC pour contribuer à la réalisation de notre objectif commun d’un Congo plus pacifique, stable, et prospère».

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s